Esprit Boris Vian

Création 2014

« Esprit Boris Vian » ou l’épopée d’un Bison Ravi

avec Christophe Feltz (jeu) et Grégory Ott (clavier et compositions originales)

Création le 18 mars 2014 à 20h30
A l’Espace Culturel de Vendenheim

Le 22 mars 2015 à 16h
Au Musée Würth à Erstein

Le 24 mars 2015 à 20h30
Au Café Littéraire de Saint-Louis

le 25 mars 2015 à 20h
Au Café Brant de Strasbourg

le 27 mars 2015 à 20h
Au Moulin 9 de Niederbronn

le 28 mars 2015 à 20h
Au Café Culture de Saverne

le 04 août 2015 à 20h
Au Taps Scala de Strasbourg

Le 07 octobre 2015 à 20h au Landesmedienzentrum de Karlsruhe (Allemagne)

Le 11 décembre 2015 à 20h30 à la Salle Braun de Metz

Le 05 mars 2016 à 17h à la Médiathèque André Malraux de Strasbourg

Le 08 février 2017 à 20h au Café Brant de Strasbourg

Le 30 septembre 2017 à 20h15 en appartement chez Dominique Klein

Le 09 janvier 2018 à 14h au Moulin 9 de Niederbronn

Le 20 janvier 2018 à 20h à la Médiathèque Tomi Ungerer de Vendenheim

Le 29 mai 2018 à 20h au Collège Fustel de Coulanges de Strasbourg
  

Nous désirons faire entendre l’œuvre de l’un des très grands esprits
artistiques et poétiques du XXème siècle :
Boris Paul Vian, dit Vernon Sullivan ou encore Bison Ravi.

« Qu’est-ce que  je veux faire ?
Une espèce d’éthique agissante, une po-éthique. »
Boris Vian.

Boris Vian, né le 10 mars 1920, meurt le 23 juin 1959, à l’âge de 39 ans.
Ingénieur des Arts et Manufactures, Inventeur, Traducteur, Poète,
Essayiste, Romancier, Trompettiste, Théoricien du Jazz, Chroniqueur,
Directeur artistique chez Philipps, Satrape au Collège de Pataphysique,
Promoteur insigne dans l’Ordre de la Grande Gidouille, Boris Vian au
parcours aussi surprenant qu’exceptionnel, restera dans l’Histoire
comme un des esprits les plus libres et les plus originaux.

« L’histoire est entièrement vraie puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre. »
Boris Vian

Nous n’essayerons pas de condenser l’oeuvre gigantesque de Boris Vian (Poèmes, Chansons, Romans, Théâtre…), mais plutôt de tenter d’approcher l’Âme de Vian, l’Esprit de Boris.

Ce qui nous importe, c’est d’aller fouiller et fouiner dans son rapport au Monde, aux Êtres, à la Vie.

Une Vie qui ne lui a pas épargné souffrances et blessures.
Malade du coeur dès son plus jeune âge, il se savait condamné, et n’a cessé de courir après son existence en écrivant, chantant et inventant.

« Son coeur frappait à grands coups dans sa poitrine et il dit :
Qui est  là ? »
Boris Vian.

Plus qu’un artiste,  Boris Vian est un véritable symbole de liberté,de fantaisie et d’intelligence, une sorte de rebelle, de Dernier des Mohicans. Un Ange rock’n roll face à un démon nazi qui commençait à conquérir l’Europe. (Vian avait 20 ans en 1940).
D’une gentillesse extrême, et tout en combattant l’ordre établi(l’armée, la religion, la politique), il ne parlait que d’Amour.
Souvent avec dérision et surréalisme, il a essayé de vivre ses 39 printemps avec finesse, sensibilité et imaginaire.

Très vite, ses amis (Jean Rostand, Raymond Queneau, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, Max Ernst, Eugène Ionesco, Miles Davis ou Duke Ellington) ont compris que ce Boris-là, ce « Prince » de Saint Germain, était un être unique, fragile et terriblement humain, et que son oeuvre morcellée et pétillante pourrait apporter à l’Humanité une chaleur, une vivacité et une joie qui lui serait bien nécessaire un jour.

« Personnellement, je ne sais pas du tout ce qui est beau, mais je sais ce que j’aime et je trouve ça amplement suffisant. » Boris Vian

Christophe Feltz, le 10 mars 2015

Christophe Feltz (jeu)
Grégory Ott (piano)

Lors de ce spectacle, vous pourrez entendre les textes cultes de Boris Vian (Le déserteur, La java des bombes atomiques, J’suis snob, Je voudrais pas crever, La complainte du progrès, Je bois, On n’est pas là pour se faire engueuler, Cantilène en gelée, Chronique du menteur…)

« Boris Vian crie la vie, il la décrit et l’écrit telle qu’elle est, c’est-à-dire comme personne. »
Jacques Prévert.